A trois semaines de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a dévoilé ce jeudi son programme électorale. Refonte du droit d’asile, visas et examen de français ont eu droit de citer dans le projet sur l’immigration du président candidat.

Au cours d’une conférence de presse animée à Aubervilliers, Emmanuel Macron a enfin dévoilé son programme ce jeudi. Il a notamment voulu porter un discours très ferme sur l’immigration, les expulsions et l’intégration des nouveaux arrivants sur notre territoire.

Après ses refus répétés de se prêter à l’exercice du débat avec ses rivaux, au cours d’un propos liminaire et avant les questions des journalistes, Macron a, enfin mis au clair son projet concernant l’immigration. Très attendu sur ces questions, l’enjeu était de poids pour le président sortant et candidat à sa réélection.

Aux « Docks de Paris » d’Aubervilliers, Emmanuel Macron avait donné rendez-vous aux journalistes hier après-midi. Il a dévoilé, enfin, son programme à trois semaines à peine du premier tour de la présidentielle.

« Procédures d’éloignement plus rapides »

Emmanuel Macron a annoncé la « refonte du droit d’asile et du droit de séjour », se prononçant pour des « procédures d’éloignement plus rapides. Le refus d’asile vaudra obligation de quitter le territoire », a-t-il expliqué. Ajoutant plus tard : « nous réduirons aussi les contentieux par la fusion des procédures ». Le candidat a voulu justifier ce tour de vis: « la multiplication des voies de recours conduit à l’inefficacité du système ».

Dans le même ordre d’idées, il a appelé à « poursuivre le conditionnement de l’efficacité du laisser-passer consulaire par la politique de visas ». En d’autres termes, si le pays d’origine d’une personne expulsée venait à refuser d’accueillir le retour de son ressortissant, la France le couperait de la possibilité d’obtenir des visas. « C’est une politique logique, normale, que je continuerai d’assumer », a assuré Emmanuel Macron.

« Modèle d’intégration républicaine »

Celui-ci a encore dit son souhait de repenser le « modèle d’intégration républicaine ». Il a alors cité le renforcement des « moyens et investissements sur les cours de langue », et une « meilleure répartition géographique des familles sur le territoire ». Au cas où il serait réélu par les Français, le sortant a d’ailleurs complété au sujet des titres de séjour.

Au chapitre du « renforcement de la lutte contre les discriminations », Emmanuel Macron s’est montré plus concis, évoquant surtout une mise en place « systématique » d’une politique de testing dans les entreprises de plus de 5000 salariés.

« Démarche d’insertion professionnelle »

Emmanuel Macron promet de conditionner la délivrance des titres de séjour longs à un examen de français et à la constatation de « réels efforts d’intégration professionnelle ». Sur le volet de l’immigration, Emmanuel Macron souhaite que l’obtention des titres de séjour longs « ne soit plus conditionnée à des démarches », mais « à un examen de français et une vraie démarche d’insertion professionnelle ».

Par ailleurs, les conditions de délivrance de la carte de séjour annuelle seront « plus restrictives ». Le président candidat a ajouté que le « refus d’asile vaudra obligation de quitter le territoire ». De même qu’Emmanuel Macron souhaite expulser les étrangers « qui troublent l’ordre public », a-t-il ajouté.

Article précédentFrance : bataille judiciaire entre deux figures de la diaspora algérienne
Article suivantPicanto à 50 millions : comment “Eagle Flyer” arnaquait les Algériens

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici