La crise diplomatique entre l’Algérie et la France ne semble pas terminée. Ce mercredi 20 octobre, c’est une porte-parole du ministère français des Affaires étrangères  – Quai d’Orsay – qui a réagi à des propos jugés controversés de l’ambassadeur d’Alger à Paris, Mohamed Antar Daoud. Elle a appelé l’Algérie à respecter  « la souveraineté » de la France.

Le gouvernement français a réagi officiellement lors d’un point de presse ordinaire, à la polémique provoquée en France, par des déclarations de l’ambassadeur d’Algérie en France. Ce dernier  a appelé début octobre, depuis Alger, la communauté algérienne en France à s’impliquer dans la vie politique française.

Mohamed Antar Daoud  avait déclaré notamment, qu’« il est inadmissible que l’Algérie, qui possède la plus grande communauté étrangère en France avec 18 consulats, ne puisse pas constituer un levier de commande pour intervenir non seulement dans la politique algérienne, mais (aussi) au niveau de la politique française ».

Le Quai d’Orsay n’a pas l’air d’apprécier ces  propos. Sa porte-parole a réclamé le respect de « la souveraineté » de son pays, rappelant que le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a exprimé  « le profond attachement de la France au respect de la souveraineté algérienne. »

La responsable souligne qu’« il va de soi que nous attendons aussi de tous nos partenaires le respect de notre souveraineté », a-t-elle déclaré.

L’ambassadeur d’Alger à Paris provoque la polémique

Pour rappel, l’ambassadeur d’Alger à Paris, Mohamed Antar Daoud a tenu des déclarations qui ont suscité la polémique chez les militants de l’extrême droite en France. Ces propos ont été tenus le jeudi 14 octobre, lors du Forum d’El Moudjahid consacré à la commémoration des massacres du 17 octobre 1961.

Le diplomate algérien a souligné l’amour que porte la diaspora algérienne établie en France à son pays d’origine. « La communauté Algérienne en France est une communauté engagée auprès de son pays », a-t-il soutenu.

Mais c’est son appel à la communauté algérienne en France à « intervenir non seulement dans la politique algérienne, mais (aussi) au niveau de la politique française », qui provoqué une polémique.

 

Article précédentVols Alger-Montréal-Alger : Air Algérie annonce son programme officiel
Article suivantChangement des billets d’avion d’Air Algérie : conditions et vols concernés

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici