Le candidat à la présidentielle française, Arnaud Montebourg, propose de bloquer les transferts d’argent privé vers les pays qui refusent d’accueillir leurs ressortissants visés par une mesure d’expulsion du territoire français. 

La question de l’émigration revient tel un leitmotiv dans les discours des candidats à la présidentielle française prévues le printemps prochain. Terrain de prédilection de la droite jusque-là, le sujet attire également le camp de la gauche qui d’habitude élude le sujet.

Invité de l’émission « Le Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro », dimanche 7 novembre, le candidat à la présidentielle Arnaud Montebourg a évoqué ce thème. Selon lui, la France ne sait plus intégrer. « Pourquoi on n’arrive pas à intégrer ? Vous avez aujourd’hui 100 000 mesures d’obligation pesant sur des personnes qui doivent quitter le territoire qu’on n’arrive pas à exécuter. Ces personnes sont là et sont d’ailleurs souvent des délinquants », a-t-il affirmé.

Pour l’ancien ministre du Redressement productif, la France doit bloquer les transferts d’argents pour « taper au portefeuille » les pays peu coopératifs sur le rapatriement de leurs ressortissants visés par une mesure d’expulsion du territoire français.

« Il y a 11 milliards de transferts d’argent qui passent par Western Union sur l’ensemble des pays d’origine. Nous bloquons tous les transferts aussi longtemps qu’on n’a pas un accueil de coopération, a-t-il proposé. Ces transferts d’argent privé sont une manne pour ces pays et nous avons besoin aujourd’hui de dire : ça suffit ».

« La privation des visas ne fonctionne pas »

«La privation des visas ne fonctionne pas », a affirmé Arnaud Montebourg en évoquant la récente décision d’Emmanuel Macron de réduire de moitié le nombre de visas accordés aux Algériens et au Marocains, et de 30 % aux Tunisiens. Cette disposition a été prise en guise de représailles contre les dirigeants de ces pays afin de les inciter à accélérer les délivrances des laissez-passer consulaires, document nécessaire pour expulser des ressortissants vers leurs pays d’origine. Une décision qui n’a pas été du gout des autorités algériennes, tunisienne et marocaines.

Cette proposition radicale de l’ex-ministre socialiste suscite déjà la polémique et une immense levée de boucliers à gauche. Arnaud Montebourg est accusé de s’être « droitisé ».  « Reconnaissez l’erreur. Il y a assez d’angoisses comme ça. Ne passez pas sur ce terrain glauque », a insisté le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, ajoutant sur Twitter : « La proposition commune Montebourg/Zemmour contre les transferts de salaires aux familles dans les pays d’origine augmentera les causes d’émigration (…) ».

A lire sur Algérie Expat :

Article précédentTravailler et vivre à Dubaï : ce que les Algériens doivent savoir
Article suivantDégradations des navires d’Algérie Ferries : qui veut dénigrer la diaspora ?

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici