L’Algérie a réagi mardi 12 avril, à l’attaque de l’armée marocaine ayant ciblé dimanche, des camionneurs algériens au niveau du village Ain Ben Tili, en Mauritanie. Dans un communiqué rendu public, le ministère des affaires étrangères, a condamné en effet ces bombardements. 

Le site spécialisé menadefense.net a rapporté dimanche dernier qu’un convoi de camions a fait objet de bombardements perpétrés par l’armée marocaine. Les routiers algériens étaient surpris à l’aube au niveau de du village Ain Ben Tili. Une localité mauritanienne se trouvant à quelques centaines de mètres de la frontière entre la Mauritanie le Sahara Occidental.

Comme il fallait bien s’y attendre, l’Algérie n’a pas tardé à réagir à cette attaque qui a fait plusieurs blessés, selon menadefense. En effet, le ministère des Affaires étrangères a rendu public mardi, un communiqué à travers lequel il a dénoncé cette énième attaque de l’armée marocaine contre des civils algériens.

« L’Algérie condamne énergiquement les assassinats ciblés commis au moyen d’armes de guerre sophistiquées par le Royaume du Maroc, en dehors de ses frontières internationalement reconnues, contre des civils innocents, ressortissants de trois pays de la région », peut-on lire en effet, dans ledit communiqué.

« Terrorisme d’Etat »

Le MAE affirme que « ces pratiques belliqueuses s’apparentent à des actes répétitifs de terrorisme d’Etat et prennent les caractéristiques d’exécutions extrajudiciaires passibles de poursuites devant les organes compétents du système des Nations Unies. »

Pour l’Algérie « cet acharnement contre des civils à travers des homicides intentionnels et prémédités constitue une violation systémique grave du droit humanitaire international qui doit être vigoureusement dénoncée et résolument dissuadée ».

La diplomatie algérienne a dénoncé par ailleurs « la  fuite en avant de la puissance occupante marocaine » qui « constitue un défi persistant à la légalité internationale et expose la région à des développements particulièrement dangereux »

L’Algérie interpelle l’ONU

Le MAE n’a d’ailleurs pas manqué de souligner pour conclure que  « l’aventurisme que portent les visées expansionnistes du Maroc doit interpeller le Conseil de sécurité des Nations Unies ainsi que l’Envoyé personnel du secrétaire général, Staffan De Mistura, dont la mission et les efforts d’apaisement se trouvent sérieusement hypothéqués par ces atteintes graves et répétées à la sécurité dans les territoires sahraouis occupés et leur voisinage immédiat avec des risques sérieux de dérives régionales potentiellement périlleuses, » souligne le communiqué du MAE.

Article précédentPromo : billets Marseille-Alger à 84 euro chez Air France
Article suivantVols Bordeaux-Alger : Volotea casse les prix pour l’Aid el-Fitr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici