La sulfureuse Marine Le Pen estime qu’Emmanuel Macron doit cesser de présenter des excuses à l’Algérie. « Ces repentances à répétition deviennent insoutenables et attentent à l’image de la France ! », a-t-elle écrit sur son compte tweeter.

La candidate à l’élection présidentielle 2022 est montée sur ses grands chevaux pour critiquer l’hommage rendu le 16 octobre aux victimes de la sanglante répression policière d’une manifestation d’Algériens, le 17 octobre 1961 à Paris. « Alors que l’Algérie nous insulte tous les jours, Emmanuel Macron continue à rabaisser notre pays. Ces repentances à répétition deviennent insoutenables et attentent à l’image de la France ! », pense-t-elle.

Dans une vidéo publiée sur tweeter, Marine Le Pen avait déjà fustigé la « faiblesse des dirigeants français », à leur tête Emmanuel Macron, suite à la décision de l’Algérie de refuser le survol de son espace aérien par les avions militaires français.

La cheffe de fil de l’extrême droite française avait notamment déclaré que « le pouvoir algérien croit que la France est un débiteur éternel, un partenaire que l’on peut tancer à longueur de temps, notre pays doit tenir un langage très clair et très ferme ».

Vent debout contre l’immigration algérienne

La présidente du Rassemblement National avait soutenu la décision de Paris de réduire les quotas de visas accordés aux ressortissants maghrébins. Elle juge qu’« il n’y a aucune raison pour que l’Algérie, dont la population et dans sa quasi-intégralité nées après l’indépendance, bénéficie encore des énormes facilités d’octroi de visas comme le prévoit l’accord bilatéral de 1968 ».

Elle propose également, « que la France remette en cause les autorisations de transfert d’argent, que les ressortissants envoient chaque année – 1,5 milliard d’euros – vers l’Algérie et qui ne participent donc pas à l’économie française ».

Autres propositions anti-migratoires, la présidente du Rassemblement national, a promis d’organiser un référendum sur l’immigration en France, en cas de victoire à la présidentielle 2022. Elle s’engage à « supprimer le regroupement familial, réformer le droit du sol et l’accueil  des prétendument mineurs  étrangers isolés ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici