3.1 C
Paris
samedi, novembre 27, 2021

L’Algérie poursuit sa fronde contre la présence d’Israël à l’Union africaine

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, a une nouvelle fois dénoncé la décision unilatérale de la Commission de l’Union africaine d’octroyer à Israël le statut d’observateur. Le chef de la diplomatie algérienne estime, entre autres, que le comportement de l’Etat hébreux n’est pas « compatible avec les buts et principes de l’acte constitutif » de l’organisation panafricaine.

La présence d’Israël en tant qu’observateur au sein de l’Union africaine passe toujours mal auprès de l’Algérie, tout comme la normalisation des relations diplomatiques entre l’entité sioniste et le Maroc, en contrepartie d’une reconnaissance américaine de la « souveraineté » marocaine sur le Sahara occidental.

Dans son allocution, mercredi, à la clôture des travaux de la Conférence des chefs des missions diplomatiques et consulaires algériennes, le chef de la diplomatie algérienne a condamné la « campagne menée par le Maroc en faveur de l’octroi de ce statut », alors que « tous les pays arabes et africains membres de la Ligue arabe et de l’UA, de la Mauritanie jusqu’à l’Egypte, ont été contre l’octroi du statut d’observateur à Israël ».

Ramtane Lamamra a déploré la décision unilatérale de la Commission de l’Union africaine d’intégrer l’État hébreu comme observateur. Le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, « n’avait pas le droit de mettre en péril l’unité de son organisation sur une question politiquement sensible sans le bénéfice de consultations préalables ». « C’est la mécanique institutionnelle qui est un facteur important, il s’agit d’Israël dont le comportement n’est pas conforme aux buts et principes de l’Union africaine », a-t-il assuré.

Le ministre rappelle, en outre, que les critères d’acceptation du statut d’observateur ont été bafoués : « Il faut que le postulant ait un comportement compatible avec les buts et principes de l’acte constitutif de l’UA comme le droit à l’autodétermination, la non occupation de territoires par la force et l’obligation de régler pacifiquement les différends », soulignant que l’entité sioniste « occupe les territoires palestiniens et syriens ».

Le chef de la diplomatie algérienne a appelé les pays qui se sont opposés à l’octroi du statut d’observateur à Israël, « à faire tout ce qui est possible pour promouvoir les intérêts légitimes des peuples africains ».

Lire également : L’Algérie déterminée à expulser Israël hors de l’Union africaine

Dernières nouvelles
Related news

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici