L’ambassadeur d’Alger à Paris Mohamed-Antar Daoud a présenté jeudi, ses lettres de créances l’accréditant en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de l’Algérie auprès de la Principauté de Monaco, avec résidence à Paris. C’est ce qu’a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères, rendu public, dimanche 24 octobre.

Mohamed-Antar Daoud qui se trouve au cœur d’une vive polémique, a remis ses lettres de créances Prince Albert II de Monaco, en présence du Conseiller de gouvernement-ministre des Relations extérieures et de la Coopération, Laurent Anselmi et la Consule d’Algérie à Nice, Mme Touati Hadda.

L’ambassadeur d’Algérie,  » a remis au nom du chef de l’Etat une invitation au Prince Albert II pour assister à la cérémonie d’ouverture de la 19ème édition des Jeux méditerranéens qui se tiendront à Oran du 25 juin au 5 juillet 2022″, souligne le communiqué du MAE.

« Lors de l’audience, qui s’en est suivie, le Souverain monégasque, manifestant un intérêt particulier au renforcement des relations politiques et au développement de la coopération bilatérale dans divers domaines entre les deux pays, a chargé l’ambassadeur Mohamed-Antar Daoud de transmettre ses salutations au Président Abdelmadjid Tebboune », précise la même source.

Une crise diplomatique qui perdure

Pour rappel, que le diplomate Mohamed Antar Daoud, a été rappelé  à Alger le 2 octobre dernier, en protestation aux propos tenus par Emmanuel Macron sur le système algérien et la colonisation, se trouve toujours au pays « pour consultations ». Le chef de la diplomatie algérienne Ramtane Lamamra, a démenti samedi, la rumeur selon laquelle, l’ambassadeur d’Algérie à Paris, serait retourné en France. Il a affirmé que Mohamed Antar Daoud se trouve toujours à Alger « pour consultations ».

Les propos d’Emmanuel Macron tenus lors d’une rencontre avec des « descendants de protagonistes de la guerre d’Algérie » ont suscité une vague de colère en Algérie. Le président français  avait associé le processus de la création de l’Algérie en tant qu’État et nation au colonialisme français. Le chef de l’Etat français était  allé jusqu’à s’interroger sur l’existence d’une «nation algérienne avant la colonisation française».

Les autorités algériennes ont riposté par le rappel de l’ambassadeur algérien à Paris et l’interdiction de l’espace aérien aux avions militaires français. Dans une récente déclaration, le président algérien a conditionné le retour de l’ambassadeur d’Algérie à Paris par « le respect total de l’Etat algérien ». Appelant la France à « oublier que l’Algérie était une colonie ».

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici