Le poids de la diaspora algérienne dans la présidentielle en France

0
Duel Emmanuel Macron et Marine Le Pen
Duel Emmanuel Macron et Marine Le Pen

Emmanuel Macron et Marine Le Pen veulent séduire la diaspora algérienne dans la perspective du second tour de l’élection présidentielle, prévu le 24 avril 2022. Les deux candidats sont en course pour récupérer cet électorat algérien qui a voté en majorité pour Jean-Luc Mélenchon au premier tour.

Marine Le Pen est connue pour son hostilité pour pratiquement tous ce qui est algérien. En effet, elle ne rate aucune occasion pour stigmatiser “l’ancienne colonie française”. Cela est monnaie courante lors de ses différentes sorties médiatiques et rencontres où elle a toujours critiqué l’Algérie et ses ressortissants.

Pas longtemps, elle a menacé même de réduire le nombre de visas accordés aux Algériens si elle est élue présidente. Mais à l’approche du second tour de l’élection présidentielle, la candidate RN, semble revoir sa copie et lance une opération de séduction auprès de l’électorat d’origine algérienne.

Marine Le Pen veut séduire l’électorat d’origine algérienne

Dans son discours, mercredi, coïncidant avec la visite du ministre des Affaires étrangères français était en déplacement en Algérie, Marine Le Pen évoquait sa vision des relations avec Alger au cas où elle serait élue. La candidate de l’extrême droite veut séduire l’électorat d’origine algérienne, elle s’est adressé aux algériens de France en adoucissant relativement le ton.

“Les Algériens qui vivent déjà en France qui se comportent conformément au droit français, respectent nos us et coutumes et aiment la France, ses traditions, son histoire, sa culture, qui bénéficient d’un contrat de travail et qui nous enrichissent de leur savoir-faire, ce qui constitue je pense la majorité d’entre eux, n’ont pas de raison de ne pas être invités à y rester”, a déclaré Marine Le Pen.

“Les autres, certes minoritaires, doivent partir”, a conclu la candidate du Rassemblement national.

Visite de Le Drian à Alger : manœuvre électoraliste du président-candidat ?

Par ailleurs, le rapprochement entre la visite à Alger de Jean-Yves Le Drian et la rude course à l’Elysée, n’est pas loin d’être une manœuvre électoraliste du président-candidat. Alors que les deux pays connaissent une crise diplomatique depuis plus de sept mois, cette visite est perçue comme un messager d’Emmanuel Macron à Alger.

Selon Youssef Chiheb, professeur à la Sorbonne, spécialiste des questions stratégiques au Maghreb, joint par Houda Ibrahim de la réaction Afrique, “le ministre est parti d’abord consolider les relations franco-algériennes. En toile de fond, il y a bien sûr le président Macron qui veut apaiser les malentendus et essayer d’adoucir un peu l’Algérie, par ricochet, pour coopter l’électorat issu de l’Algérie”.

La Grande Mosquée de Paris soutient Macron

Jean-Luc Mélenchon n’a pas donné d’autre directives à ses électeurs que de s’abstenir de voter pour Marine Le Pen au second tour. Il insinue ainsi, indirectement, des consignes de vote en faveur d’Emmanuel Macron ! Les électeurs de Mélenchon seront en effet les arbitres du deuxième tour…
Et avec le soutien de la Grande Mosquée de Paris, via l’appel de son Directeur, Chems-eddine Hafiz, Macron a pris une longueur d’avance sur sa concurrente.
Cela, d’autant plus que lorsqu’on sait que près de 70 % des électeurs musulmans ont voté pour le candidat de La France Insoumise, le soutien de la Grande Mosquée de Paris à Macron ne fait que sceller ce rapprochement tacite. Une autre opération d’allégeance et d’alignement à des fins électoralistes.

Mais pour qui voteront les Algériens ?

Pour rappel, ce vendredi, le Directeur de la Grande Mosquée de Paris, Chems-eddine Hafiz appelle à voter pour Macron. Il a en effet déclaré que le vote était la seule solution pour couper la route à l’extrême droite, qui menace les musulmans de la France.

La communauté algérienne constitue en effet un gisement électoral non des moindres et les deux candidats l’ont bien compris. Ils sont en course pour récupérer cet électorat algérien qui a voté en majorité pour Jean-Luc Mélenchon au premier tour.

L’enjeu demeure important pour la communauté issue de l’immigration, en particulier les électeurs d’origine algérienne. Ils devront choisir leur future président entre Macron et Le Pen. Mais pour qui voteront-ils ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici