Tous les candidats de droite ont évoqué un climat de peur en France après les attentats terroristes qui ont frappé le pays. Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Chems-Eddine Hafiz, se dit inquiet que les musulmans soient dépeints comme « le problème de toute une société ».

Entre 800 000 et 1 million de personnes fréquentent des mosquées ou des salles de prière musulmanes en France. Tous les candidats de droite ont fait référence à un climat de peur en France après les attentats terroristes de 2015 à Paris et le meurtre de l’instituteur français Samuel Paty en 2020.

Dans le journal britannique The Guardian, Chems-Eddine Hafiz s’est dit préoccupé par le fait que les musulmans soient dépeints comme « le problème de toute une société ». Hafiz a déclaré qu’il était le premier à condamner le terrorisme et que sa mosquée était au cœur du travail de lutte contre l’extrémisme en France.

« Nous sommes des enfants de la République »

Le recteur a publié ce mois-ci un livre intitulé « Avec tout le respect que je vous dois, nous sommes des enfants de la République », afin de contester ce qu’il appelle la rhétorique « antimusulmane » accrue qui souffle sur la campagne électorale de la droite française.

Hafiz a déclaré qu’il était devenu « presque à la mode » pour les candidats à l’élection présidentielle « de critiquer l’islam et les musulmans, de les considérer comme des indésirables qui sont dangereux ou responsables de l’insécurité. ». Et d’ajouter : « Nous sommes en 2022, nous sommes à la quatrième, voire la cinquième génération de musulmans en France et ils sont toujours considérés comme des étrangers ».

« Depuis plusieurs années, à chaque élection en France, certains candidats parlent du “problème“ de l’islam, l’associant à l’immigration ou au terrorisme », a poursuivi Hafiz. En effet, tous les candidats de droite ont fait référence à un climat de peur en France après les attentats terroristes de 2015 à Paris et le meurtre de l’instituteur français Samuel Paty en 2020.

« Sauver la France de l’islam »

Parmi eux, le candidat d’extrême droite Éric Zemmour, une ancienne personnalité de la télévision, qui a été condamné pour incitation à la haine raciale. Il fait souvent référence à la théorie du complot du « grand remplacement », selon laquelle les populations françaises locales pourraient être remplacées par de nouveaux arrivants, faisant de la France un pays majoritairement musulman.

Dans une interview du mois dernier, Zemmour a appelé les musulmans de France à renoncer à leur religion et a déclaré qu’il se présentait pour « sauver la France de l’islam » et du « remplacement » des Français.

« Spirale de haine »

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris a déclaré que la montée du discours anti-musulman dans la campagne présidentielle française risque de créer une « spirale de haine » et de faire des musulmans respectueux de la loi des boucs émissaires, à l’instar des attaques verbales contre les Juifs dans les années 1930.

« Nous sommes dans une société qui est fracturée et qui se cherche, une société qui est affaiblie et qui a peur après la pandémie. Chercher un bouc émissaire est du déjà vu : en 1930, on a commencé à pointer du doigt les juifs qui sont devenus « le problème de toute une société ». Aujourd’hui, ce ne sont plus les juifs, ce sont les musulmans. Je pensais qu’au XXIe siècle, nous serions à l’abri de ce type de discours », a déclaré Hafiz.

Campagne sur l’islam et l’immigration

Le président Emmanuel Macron est en tête des sondages et est favori pour être réélu le mois prochain. Certains de ses rivaux ont axé leur campagne sur l’islam et l’immigration.

Les sondages d’opinion montrent que la candidate d’extrême droite Marine Le Pen et Macron sont susceptibles d’arriver en tête du premier tour de scrutin le 10 avril et de passer au second tour le 24 avril. Mme Le Pen prévoit d’organiser un référendum sur l’immigration et d’interdire le hijab dans tous les lieux publics.

Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France qui inclut Paris et candidate du parti de centre-droit Les Républicains, a également été critiquée pour avoir fait référence à la théorie du grand remplacement. Elle a promis de limiter le port du foulard musulman dans certains espaces publics, y compris par les athlètes lors d’événements sportifs.

« Grand remplacement »

Cependant, le recteur a souligné qu’il craignait que la majorité des citoyens français musulmans respectueux de la loi ne soient associés aux attaques terroristes, alors qu’ils sont souvent eux-mêmes victimes du terrorisme.

« Les musulmans français ont été confrontés à la stigmatisation ou aux insultes, ou à l’idée que l’islam est incompatible avec les règles de la République française, voire avec l’Occident. Mais dans cette élection, c’est beaucoup plus grave parce qu’il y a un candidat qui se lâche complètement et qui parle du « grand remplacement », et qui affirme avec véhémence que l’islam et les musulmans ne peuvent pas rester en France, que leur place est ailleurs, et que s’ils veulent rester dans ce pays, ils ne doivent plus pratiquer leur religion ».

Le recteur a ajouté qu’il craignait une augmentation des actes anti-musulmans après l’élection en raison de cette rhétorique.

2 Commentaires

  1. mesdames et messieurs les « musulmans » de france en particulier et en europe en général, si vous croyez qu’un jour vous serez acceptés et chéris en occident, alors là !! vous vous mettez les doigts dans les yeux. c’est justement ce qui n’arrivera jamais !!! il ne vous reste qu’une seule issue, c’est de retrouver vos racines. pour ceux qui vivront longtemp, ils le sauront à leurs dépends. vous vous mentez à vous meme ! et jusqu’à quand ???

    • additif: quant à eric zemmour, ce n’est pas une personnAlité mais une VRAIE personnUlité. un juif qui se déclare catholique. d’ailleurs comme tous les militants de son entité, ils ne sont ni catholiques, ni musulmants, ni hébraiques, bien au contaire ce sont des NAZI. l’histoire n’oublie rien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici