C’est la ligne droite du premier tour de l’élection présidentielle française. Eric Zemmour joue le tout pour le tout avant l’ultime épreuve des urnes. Pour étayer ses propos au sujet de l’immigration, Zemmour déterre le drame d’une femme assassinée par un sans-papier algérien en 2018.

Eric Zemmour ne se gène pas pour surfer sur le drame d’une famille française endeuillée par l’assassinat de sa fille par un sans-papier originaire d’Algérie en 2018. Le polémiste exploite ce fait divers en diffusant le témoignage de Catherine, la mère de la victime, qui appelle à voter pour lui. C’était devant des dizaines de milliers de partisans à la place du Trocadéro, à Paris, lors de son meeting tenu 14 jours avant le premier tour.
«Je m’appelle Catherine, j’ai 58 ans, j’habite en Haute-Vienne, à Limoges, j’ai trois enfants, en fait, j’avais trois enfants, parce que mon aînée, Marion, a été assassinée en juin 2018 par un Algérien en situation irrégulière qu’elle avait rencontré sur son lieu de travail. Elle l’a hébergé gentiment et lui, étant venu en France pour avoir les papiers et contracter un mariage, elle a refusé, il l’a tuée de onze coups de couteau et l’a enterrée dans le jardin », raconte la maman meurtrie.

“Je mets tous mes espoirs dans sa candidature”

Si ce cas, qui remonte à quatre ans, était isolé à l’époque, pour Eric Zemmour, il est toujours d’actualité, notamment à l’approche de l’élection. «Cet Algérien en situation irrégulière […] a été arrêté quatre fois, quatre fois relâché. Si M. Zemmour avait été au gouvernement, je pense que ça n’aurait pas pu arriver, je pense qu’il aurait été expulsé dès la première arrestation», regrette la mère de Marion Courty dans un récit qui semble lui avoir été dicté par la direction de campagne du candidat LR.
«Je mets tous mes espoirs dans sa candidature, c’est maintenant ou jamais, moi je crois en lui, depuis Villepinte je crois en lui, je sais que c’est lui», a-t-elle insisté, en ajoutant qu’«il ne faut plus qu’il y ait de Marion, il ne faut plus qu’il y ait de familles endeuillées, notre vie a basculé le 7 juin 2018, la vie de mes petits-enfants qui n’auront jamais de maman a basculé également», a-t-elle confié.

Un drame utilisé à des fins électoralistes

Et de supplier les Français de voter pour Eric Zemmour : «Croyez en lui, je vous en conjure, c’est le seul à pouvoir trouver une solution à cette immigration clandestine qui nous ronge.»
Ce récit de la mère de la défunte est utilisé à des fins électoralistes par le camp de Reconquête, le parti créé par Eric Zemmour. «Le corps de la jeune Marion a été déterré dans le jardin de son immeuble huit jours après. Lacéré de coups de couteau par un clandestin algérien, connu pour des faits de vol. Aujourd’hui, Catherine, sa maman, revient sur cette tragédie. Ecoutez son message ! Likez et commentez la vidéo ! Ensemble, écrivons l’Histoire !», lit-on dans le commentaire incitatif qui accompagne l’enregistrement qui «s’adresse à tous les Français».
Ce drame lié à la mort de Marion, qui avait accueilli chez elle cet Algérien en situation irrégulier et qui l’a tuée pour avoir refusé de régulariser sa situation, est en soi le scénario idéal pour Eric Zemmour. Le candidat de Reconquête, qui veut supprimer l’accord algéro-français du 27 décembre 1968 s’il est élu, demeure fidèle à son discours islamophobe et anti-algérien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici