Un ressortissant algérien établi en Belgique est placé sous mandat de dépôt. L’homme âgé de 68 ans est  accusé d’avoir tué sa femme d’origine marocaine.

Selon le site belge La Capitale, les faits se sont déroulés le 15 octobre dernier, dans la ville de Zelik à Bruxelles. La femme d’origine marocaine âgée de 52 ans s’apprêtait à quitter son mari algérien qui la battait. La victime a voulu s’échapper du toit conjugal, loin de la violence de son conjoint. Mais ce dernier a décidé autrement.

Le mis en cause aurait porté plusieurs coups de coteaux dans le cœur de sa conjointe, la laissant morte. L’un de ses voisins a pu lancer l’alerte, mais, lorsque les secours sont arrivés sur les lieux, tout était déjà terminé. La femme n’était plus en vie.

Un homme violent

Selon une amie de la victime, Rachida a débarqué du Maroc, après le décès de son premier mari, « elle s’était remariée avec Ali qui est d’origine algérienne. Cela faisait neuf ans qu’ils étaient ensemble. Après leur première année de mariage, il avait commencé à se montrer violent avec elle, mais elle n’osait pas vraiment en parler. Elle était femme de ménage et lui ne travaillait plus. Cette fois, elle avait décidé de le quitter pour de bon. Elle avait trouvé un appartement à Molenbeek. Le jour de son assassinat, elle venait d’y finir avec son frère les travaux et elle devait y emménager dès le lendemain », témoigne-t-elle.

Selon la porte-parole du parquet de Hal-Vilvorde, Carol Vercarre, le mis en cause s’est ouvert les veines après son crime,  pour essayer de faire croire qu’il a tué sa femme en état de légitime défense.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici