Les enfants atteints d’immunodéficience et leur parents sont dans la tourmente dans la wilaya de Tizi-Ouzou. Il ne savent plus en effet à quel saint se vouer à cause de l’indisponibilité des immunoglobulines au niveau du Centre Hospitalo- universitaire(CHU) Nedir Mohamed.

” Mon fils souffre d’une immunodéficience. Pour sa prise en charge, son médecin traitant a préconisé immunoglobulines qu’il doit se faire injecté tous les 21 jours. Chose qu’il faisait le plus normalement du monde il y a plus d’une année”, a expliqué un des parents concernés. Avant de poursuivre ” sauf que depuis plus de deux mois, il en a pas pris”.

La raison? Ce père affirme qu’au départ il a cru, lui et les autres parents de malades pris en charge au niveau du CHU, que cela était dû au travaux d’aménagement que le service ” consultation de pédiatrie” subissait. Il a expliqué que ledit service a fermé ses portes à cause des travaux entamés avant le ramadan.

Le témoignage frappant d’un parent

A son grand bonheur, ce dernier a ré-ouvert ses portes, a t-il remarqué lundi 9 mai, en se présentant au CHU pour justement se renseigner sur la prise en charge de son enfant. A sa grande surprise, on lui a fait apprendre que son enfant ne pourra pas reprendre son traitement pour autant. On lui a expliqué en effet qu’un autre problème a surgi : la pharmacie centrale du CHU se trouve en rupture de stock des immunoglobulines.

“On m’a clairement demandé d’aller chercher et d’essayer de m’en procurer moi même”, a t-il encore dit. Ce père à l’instar des autres parents des enfants souffrant de la même maladie se retrouvent du coup, livrés à eux mêmes. Leurs progénitures ont pourtant besoin de ce traitement régulièrement au risque d’attraper des infection à répétition.

Le président de la République interpellé

Ces parents qui ne peuvent probablement pas se procurer d’immunoglobulines, ne peuvent cependant pas rester les bras croisés. L’un d’eux a donc pris la décision de lancer un véritable cri de détresse et de s’en remettre au président de la République, Abdelmadjid Tebboune, l’invitant à intervenir pour mettre fin à son calvaire et celui de son fils et des autres malades. ” Je crois savoir que le président a donné des instructions dernièrement pour la prise en charge de ce genre de malades.”, a déclaré ce parent.

Cela est d’ailleurs, vrai. Lors du Conseil des ministres tenu le 24 avril dernier, le chef de l’Etat a e effet ordonné de prendre en charge les enfants souffrant de la phénylcétonurie et l’immunodéficience “en assurant des compléments alimentaires et des médicaments et en autorisant à la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) d’importer et de distribuer les médicaments et les compléments alimentaires relatifs à leur régime thérapeutique”. C’est ce qu’a été indiqué en effet, dans le communiqué de la présidence ayant sanctionné le dit Conseil.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici