La participation d’Air Algérie à la Foire internationale d’Alger n’a pas été du goût du journaliste algérien d’Al Jazeera, Hatem Ghandir. Le sociétaire de la chaîne qataris a notamment insisté sur la flambée du prix des billets d’avion et le monopole de la compagnie aérienne sur le marché.

Le journaliste algérien d’Al Jazeera n’a pas mâché ses mots pour tirer à boulets rouges sur la compagnie aérienne Air Algérie. Hatem Ghandir voit en la participation d’Air Algérie à la 53ème Foire internationale d’Alger, un non sens. « Je ne vois pas l’utilité économique de la participation d’Air Algérie à la foire ? », a-t-écrit dans une publication partagée, vendredi, sur sa page Facebook.

Air Algérie, « une compagnie qui monopolise le marché »

Hatem Ghandir a qualifié Air Algérie de « compagnie qui monopolise le marché, dont le prix de ses billets internationaux sont exorbitants ». Ajoutant : « Malgré sa main mise, elle est déficitaire et beaucoup de voyageurs la quittent et préfèrent voyager au bord des autres compagnies internationales ».

Il est à noter que, avec les prix des billets affichés, notamment en ce moment, rares sont ceux qui peuvent se permettre de voyager avec une famille à charge. Ainsi, beaucoup de ressortissants algériens se reconnaîtront dans les propos du journaliste Hatem Ghadir. Certains se voient même obligés d’ajourner leurs vacances à cause de ces prix jugés « excessifs ».

La clientèle énumère un tas de d’insatisfactions

Le journaliste a étayé ses propos en faisant une parallèle entre les services, les prestations de la compagnie et sa relation avec ses clients. En effet, plusieurs réclamations émanant de ressortissants algériens font état d’un mauvais traitement des demandes, que ce soit en terme de réservation, de cherté des billets, de retard et d’annulation des vols sans préavis.

Les clients réclament également l’ouverture de nouvelles liaisons vers des destinations absentes, jusque-là, dans le nouveau programme communiqué par la compagnie aérienne.

En effet, actuellement, Air Algérie n’opère pas sur l’ensemble de ses lignes, et ce, conformément à la décision des autorité de rouvrir progressivement l’espace aérien.

Lire aussi – « J’ai été nommé PDG d’Air Algérie par piston »: l’aveu surprenant de Bouabdallah

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici