A quand l’ouverture totale des frontières ? c’est la question que se posent bon nombre d’Algériens et plus particulièrement ceux établis à l’étranger. Ces derniers se demandent en fait pourquoi l’Algérie persiste à maintenir ses frontières fermées en dépit de l’amélioration de la situation sanitaire.

Par le biais de son ministre des Transports, le gouvernement s’est prononcé cette semaine sur le sujet. L’Algérie à l’instar de beaucoup d’autres pays, a procédé à la fermeture de ses frontière en mars 2020 afin de contenir le coronavirus qui a envahi le monde en un laps de temps très réduit.

Cette fermeture a duré plus d’une année et ce n’est qu’en juin 2021 que les autorités ont décidé de rouvrir l’espace aérien pour permettre la reprise des vols de et vers certains pays. Cette réouverture tant attendue n’a été en effet que partielle. Chose qui a été tout à fait logique et compréhensible.

Réouverture partielle en juin 2021

Faut-il rappeler qu’en cette période, le coronavirus circulait encore à grande échelle avec l’apparition du variant delta qui a fait d’ailleurs plusieurs victimes tant en Algérie que dans d’autres pays.

Très virulente, cette souche n’a cependant pas trop tardé à disparaître. Depuis l’automne de l’année dernière, la situation sanitaire ne cesse de s’améliorer en Algérie et à travers le monde. D’ailleurs plusieurs pays ont décidé d’assouplir les conditions d’entrée sur leurs territoires avant d’ouvrir complètement leurs frontières.

Ils sont en effet bien rares les pays qui se renferment encore. Parmi eux l’Algérie qui maintient en effet ses frontières partiellement fermées. Chose qui intrigue d’ailleurs plus d’un sachant que le pays n’enregistre plus de nouveaux cas du coronavirus depuis quelques jours.

Ouverture totale des frontières: Ce qu’a dit le ministre des Transports

La question a été soulevée par les députés jeudi dernier lors d’une séance tenue au niveau de l’Assemblée populaire nationale (APN). Le ministre des Transport a été en effet interpellé sur le sujet. Abdallah Moundji n’a pas écarté la levée de certaines restrictions d’entrée en Algérie mais « la décision revient aux hautes autorités », a t-il expliqué.

Autrement dit, le dernier mot revient au chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune qui, depuis le début de la maladie, prend ce genre de décisions en collaboration avec le Comité national de suivi du coronavirus.

Le ministre a affirmé par ailleurs, que la pandémie  » est toujours là ». « Je pense qu’il n’y a personne qui peut dire que l’on a oublié la pandémie de Covid-19″, a t-il souligné. « Certes nous avons pu contrôler la pandémie, mais elle est encore là », a t-il renchérit.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici