Depuis la réouverture partielle des frontières en juin dernier, les autorités algériennes maintiennent un nombre de vols très réduit. Les prix des billets d’avion atteignent des sommets. À deux semaines du début du Ramadan et à l’approche des vacances d’été, il est difficile de programmer son voyage chez Air France.

A titre d’exemple, Air France affiche des prix très élevés pour les prochains mois vers l’Algérie. En effet, jusqu’à la fin août, en aller simple, le billet le moins cher est proposé à 679 euros que l’on voyage en mars, avril, mai, juin, juillet ou août. Pour ceux qui s’aventurent à réserver dès maintenant, ils prennent le risque d’être doublement pénalisés. Ils achètent les billets à des prix très exorbitants, en plus ils ne sont pas encore autorisés.

Pour le moment, les seuls vols d’Air France autorisés par le gouvernement algérien sont les suivants : AF4144/45 Paris CDG-Alger et AF 4146/47 Paris CDG-Oran. Tous les autres vols qui apparaissent sur le site ne figurent pas sur le programme autorisé et ne reprendront qu’en cas d’augmentation importante des liaisons ou bien dans le cas d’un retour à la normale.

Les prix affichés sur le site Air France donnent un aperçu sur les tarifs qui seront pratiqués en été. Même en cas d’augmentation du nombre de vols entre la France et l’Algérie, les tarifs ne baisseront pas.

Cafouillages et confusion des programmes

Depuis la réouverture partielle des frontières en juin dernier, les autorités algériennes maintiennent un nombre de vols très réduit. Les prix des billets d’avion atteignent des sommets. Le nouveau programme de vols Air Algérie, annoncé mercredi 9 mars, a été gelé et le ministre des Transports limogé.

Air Algérie qui a prévu de mettre en œuvre le nouveau programme à partir du 15 mars, a même annoncé le début de la vente des billets au niveau de « toutes ses agences », à travers l’application mobile Air Algérie et le site web de la compagnie. Sauf que, ce programme de vol n’a pas fait long feu.

Prix exorbitants à l’approche des fêtes

Au début du mois, les prix des billets d’avions explosent à l’approche de la fin du Ramadan et de la fête de l’Aïd. Ils seront à nouveau, proposés à partir de 998 euros pour les voyages du 30 avril et du 1er mai. Une petite fortune que peu de ressortissants algériens peuvent dépenser pour rentrer au pays.

La situation risque de perdurer si le déséquilibre entre l’offre et la demande persiste. Pour ce mois de mars, des compagnies aériennes proposent des prix jugés, exorbitants. Par ailleurs, plusieurs compagnies aériennes maintenaient en vente les vols du programme annuel suspendu depuis le 17 mars 2020 qui ne figurent pas dans la liste des liaisons autorisées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici